Titicaca-02

Lac Titicaca, Bolivie & Pérou

En débarquant à Copacabana, (ville portuaire du lac Titicaca, et non la ville mythique du Brésil!), la première impression est peu flatteuse.

Deux rues tout au plus pour cette petite ville. Hostals et cafés uniquement de chaque côté nous encerclent, et partout les touristes que nous n’avions pas vu jusqu’ici en Bolivie.

La recherche d’un hôtel nous permettra donc de bien faire le tour de la ville et de manger notre première truite titicaquesque.

Titicaca-01
Le port ne ressemble pas à grand chose…

Lorsque le lendemain, le réveil sonne à 7h00 pour partir sur le lac et découvrir l’Isla del Sol, la flemme l’emporte, et nous décidons d’un commun accord, Nada, notre flemme et moi de ne prendre que le bateau de l’après midi, vers 13h00, juste après une seconde truite.

Notre bateau démarre en direction de l’île en même temps que 3 ou 4 autres bateaux que l’on suivra tout le trajet, et que l’on manquera même d’un chouilla de percuter par inattention de notre chauffeur. Bizarrement en effet, tous les bateaux partent à la même heure, plutôt que d’échelonner les départs… Bizarre… On se traîne littéralement dans ce bateau, sur un lac calme comme jamais…

Titicaca-04

J’oubliais, le lac Titicaca, en plus d’avoir le nom de lac le plus drôle au monde, a aussi la spécificité d’être le lac navigable « el mas alto del Mundo !!!! ». (Ici d’un autre côté, tout est le plus haut au monde, vu les altitudes de l’Altiplano). Donc par 3800m et des brouettes, nous naviguons à la plus haute altitude possible…

ISLA DEL SOL :

En posant le pied sur l’Isla del Sol, un homme nous stoppe. A peine le temps de descendre du bateau que nous sommes déjà en train de payer une taxe de visite de l’île… 10 bolivianos. Ce n’est pas très cher payé, mais l’accueil nous laisse un peu de dubitatifs. D’autant qu’hôtels et auberges sur une côte totalement bétonnée ne donne pas vraiment un très bon premier aperçu de l’île.

Nous quittons rapidement le port et montons d’une bonne centaine de mètres jusqu’au village un peu plus haut. Ânes et muletiers circulent sur ces sentiers pavés dans une ambiance un peu plus locale, mais toujours très orientée touristes.

Titicaca-02
Un âne, Le Lac Titicaca et un coucher de soleil, what else ???

Nous serons seul dans notre petite auberge avec une jolie vue sur le lac, et le coucher de soleil, et profitons de la soirée pour nous balader à la recherche d’un resto sympa.

Titicaca-03
What else ? bah une p´tite bière pour la route !

C’est dans un resto perdu dans une petite forêt qui borde le village que nous nous posons pour profiter d’une bonne bière au coucher de soleil. Avant de déguster, seuls dans notre restaurant, notre troisième truite en 2 jours, mais de loin la meilleure. Le chef la prépare en papillote, avec une petite sauce aux herbes du coin mi-citronnelle, mi – je ne sais quoi. Quoi qu’il en soit, nous nous régalons, et profitons de cet excellent repas aux chandelles, tandis que derrière nous, la nuit s’impose lentement.

Titicaca-05
What else ? Une petite truite en papillote aussi ! Miam miam…

Le lendemain matin, nous parcourons l’île du sud au nord via un petit sentier de randonnée peu fréquenté. En sortant du village pourtant, nouvel arrêt. 30 bolivianos cette fois ci pour avoir le droit de visiter la partie nord de l’île… Re-aïe.

La petite balade est sympa, mais le soleil n’est pas de la partie. La côte nord de l’île est un peu plus jolie, le soleil pointe le bout de son nez par intermittence, pour éclairer les baies en contre bas. La couleur émeraude de l’eau ferait presque penser au Pacifique par endroit…

Une ruine inca conclue la visite de la partie sauvage de l’île. Nous redescendons alors sur Chalapampa pour attraper le bateau qui nous ramènera à Copacabana. Sur la plage, un groupe de hippies jongle, joue de la guitare et fait virevolter des bâtons du diable. On les retrouvera à Copacabana demandant une pièce dans les restos ou nous dégustons notre 4ème truite. Ils démontrent un talent certain pour faire tomber les balles de jonglage, en chantant des chansons du type « WOooo la société moderne »… (cf. Minute Papillon sur you tube)

Direction Puno :

« No somos responsables de su equipaje » nous répète au moins 15 fois le chauffeur du bus avant d’embarquer. Bienvenu au Pérou, pays particulièrement réputé pour les vols à l’arraché et vol de bagages dans les bus… Bien accrochés à nos sacs pendant tout le voyage, le trajet pourtant se déroulera sans encombre, avec un passage de douane super tranquille.

En arrivant au terminal de bus, nous n’avons pas un sou. Un rabatteur nous accoste, nous proposant le Lake Hostal. .. Bingo! Il se trouve en effet que Romu (le copain que l’on doit retrouver pendant son voyage au Pérou) a réservé dans ce même hôtel. A cours de monnaie, le chauffeur nous dit qu’il se fera payer par l’hôtel…. Et ben oui, le tout se déroule sans problème, et l’hôtel nous paye comme prévu notre course de taxi… Ils nous semblent plutôt cool ces Péruviens en fait!

Titicaca-14
Spécialité locale, le Cuy al Horno (cochon d’inde au four). Celui-ci n’était pas terrible pour être honnête.

Nous voici donc à Puno, ville côtière du lac Titicaca, mais côté péruvien cette fois-ci.  Aucune trace de Romu et Caro… Nous tentons donc une excursion pour visiter la ville. Celle ci est plus grande que Copacabana, et nous paraît bien plus authentique. Le soir, nous trouvons un restaurant qui propose du Cuy al Horno (cochon d’inde) et de l’alpaga à la crema. Touristique ou pas ? Nous doutons un peu jusqu’à ce qu’un groupe de musique vienne nous jouer de la flûte de pan dans les oreilles… Ok, on est dans un resto à touristes…

L’alpaga qu’a commandé Nada est plutôt bon. Mon petit cuy par contre n’est pas terrible, et ses petites dents qui dépassent nous laissent songeurs.

AMANTANI :

Le lendemain, sans nouvelles de Romu, nous partons pour 2 jours sur les îles Amantani. Au débarcadère, une vingtaine de vendeurs de chapeaux, de bonbons et de gants nous attendent de pied ferme… Nous partons donc nous réfugier dans notre bateau, où nous attend… un joueur de flûte de pan, qui reprend du Off-Spring en demandant une piécette… GRRR….

Nous partons donc un peu blasé vers Amantani. Le trajet dure près de 3 heures pour une petite vingtaine de kilomètres, toujours sur un lac absolument hyper calme. Bref, très frustrant, lent et ennuyeux à mourir!

Titicaca-06
Sur les îles d’Uros. J’ai du mal à digérer mon cuy de la veille…
Titicaca-08
Les gosses de l’île sont bizarres. Hyper collant et affectueux. Pourtant ils doivent voir passer du monde sur leur île. L’un d’eux nous montre ses jeux, une sorte de jeux de billes à base de bouchons de bouteilles.
Titicaca-07
Pendant ce temps, les mamans attendent les touristes comme nous pour les accueillir.

En chemin, nous nous arrêtons sur les îles Uros. Des îles artificielles, constituées de roseaux agglomérés flottants, sur lesquels quelques îliens habitent encore aujourd’hui, subsistant de la pèche, et du tourisme de masse qui commence à se développer ici. Drôle d’ambiance…

En arrivant sur Amantani, où nous devons passer la nuit en famille, c’est un peu (grave?) le bordel. On ne sait pas trop où on dort. Un organisateur nous répartit poussivement dans différentes familles. Nous, ce sera donc chez Ruffio et sa femme, en compagnie de deux jeunes allemandes.

Nos hôtes sont gentils, mais ne nous laissent pas approcher des cuisines. Notre espagnol étant un peu poussif, nous aurons un peu de mal à communiquer quand même.

Titicaca-12

Vers 16h, nous partons à la découverte de l’île, toujours en groupe organisé. Nous n’avions pourtant pris que le transport jusqu’à Amantani, mais finalement, il semble que nous soyons plus ou moins conviés/invités à suivre le groupe…

Bref, nous partons à près de 200 touristes vers le point culminant de l’île pour admirer le coucher de soleil. L’île qui est décrite comme peu visitée dans le Lonely Planet, se trouve en fait être un des haut lieu du tourisme local. Près de 20 bateaux comme le notre, pleins d’une bonne 15aines de personne chacun a en effet débarqué ce même jour…

Bref, c’est gavé de monde! Et l’expérience pour partager avec des locaux n’est pas vraiment notre plus grande réussite.

Titicaca-09
Le soir, Rufio nous ramène jusque chez lui pour un dîner simple et rapide.

Le lendemain, nous repartons en direction de l’île de Taquile où se tient un festival… L’ambiance y est comment dire…locale! Ambiance picole de bière, musique, quelques fleurs, et re-picole! Enfin, je suis méchant, car l’ambiance est plutôt sympa.

Titicaca-11
Sur Taquile, c’est jour de fête…

Titicaca-10

Titicaca-13

Nos guides se perdent sur le chemin du retour, mais nous arrivons tout de même à rejoindre notre embarcation, qui de nouveau nous ramène après plus de 3 heures de navigation vers Puno.

Ce soir, nous repartons en direction de Cuzco. Romu entre temps nous a donné des nouvelles, il n’a pas pu venir jusqu’à Puno. Tant pis, nous le retrouverons en France à l’occasion.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *